Maison

Immobilier après le confinement

Après deux mois de confinement, l'ensemble des entreprises reprennent progressivement une activité normale. Parmi les entreprises qui ont connu 8 semaines d'inactivité quasi totale, les agences immobilières et plus généralement tout le domaine de la gestion ou de la vente de logement, toutes ces entreprises retrouvent enfin la possibilité de faire visiter des biens et de reprendre des transactions.

De nouveaux biens demandés

Mais la crise passée a modifié aussi très fortement la demande des clients de ces agences. Comme il était possible de l'imaginer, certains urbains qui ont vécu cette période de confinement dans des appartements en ville sans extérieur sont aujourd'hui à la recherche de nouveaux logements. Et les critères de recherche sont assez simples : de l'espace et un accès à l'extérieur.
Ainsi, les agences immobilières en province voient les demandes de maisons avec jardin ou terrain augmenter de façon inédite. Cela concerne les régions limitrophes aux grandes villes françaises mais aussi les villes et bourg plus éloigné, montrant une volonté de s'installer durablement dans une pratique de télétravail afin de privilégier la qualité de vie au quotidien.
On voit aussi exploser les demandes de maisons en bord de mer ou en proximité du littoral, surtout sur la côte Atlantique, dans des régions desservies par des moyens de communication et de déplacements important.

Pour les nouvelles demandes en ville, ce sont les appartements avec balcons, terrasses ou toit-terrasse qui s'arrachent actuellement. Ainsi, les agences parisiennes mais aussi lyonnaises sont assaillies de demandes vers des quartiers nouveaux, parfois une toute proche périphérie ou en centre-ville, mais avec une vraie terrasse à vivre, impliquant une vue partiellement ou totalement dégagée et une surface suffisante pour installer du mobilier de jardin. Autre intérêt nouveau, les appartements sous les toits permettant des travaux d'ouverture afin d'accéder au fameux "rooftop".

Le marché des résidences secondaires

Les agences immobilières situées dans des zones touristiques réputées comme Organigram en Corse mais aussi à La Rochelle, à Montpellier, ou même dans des régions moins réputées, voient les demandes s'intensifier elles aussi mais avec des profils d'acquéreurs nouveaux. Ainsi, on trouve beaucoup moins d'acheteurs investisseurs à la recherche d'un placement en zone touristique. Les nouveaux acquéreurs sont au contraire à la recherche d'une vraie résidence secondaire, permettant une évasion totale du quotidien, pour y passer le plus de temps possible, loin des villes. Il s'agit aussi, selon les spécialistes, d'un réflexe atticipant une éventuelle prochaine crise sanitaire et permettant ainsi un confinement "chez soi" mais à la campagne ou en bord de mer, avec un extérieur, un jardin, une piscine, un potager, autant d'éléments permettant de "prendre l'air" et d'occuper de longues journées d'attente.

Pour l'ensemble de ces nouvelles recherches, on note de nouveaux critères de choix demandés aux agences, comme la qualité du réseau téléphonique de la région, la présence de fibre optique, la vivacité du tissu économique local, la présence de mode de transport proches, etc. Autant de signes d'une envie de migration à plus ou moins long terme.